Où sont passées les guérisons?

Ce texte est plus une interrogation et une recherche qu’une affirmation.

La presque disparition des guérisons dans l’Église m’interroge. Elle m’interroge encore plus depuis que mon épouse a souffert d’un cancer et qu’elle souffre aujourd’hui des conséquences des traitements. D’une manière assez étonnante, plusieurs aggravations de sa maladie ont été les lendemains de prières spécifiques sur le sujet de la guérison dans l’Église. Son cancer s’est déclaré quelques heures après que j’ai prié à ce sujet.
Aujourd’hui, je n’ai donc plus le choix, c’est devenu une interrogation et une recherche continuelle.
Comme il est écrit en Marc 16:18: “ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris;” et qu’il n’est pas spécifié qu’il suffit d’imposer une fois les mains, je le fais journellement. Je sais aussi que ma pratique journalière est une lutte contre l’incrédulité, contre la nôtre, mais encore bien plus contre celle de ceux qui nous entourent et contre celle de l’Église. Je crois non pas en un rétablissement partiel et progressif, mais à une guérison totale et manifeste, conformément aux Écritures.
Les chrétiens prient beaucoup pour les malades et en voient peu de guérisons, mais nous ne sommes pas appelés à prier pour les malades, mais à les guérir. Il y a un siècle, Andrew Murray (un pasteur réformé d’Afrique du Sud) écrivait: «L’Église a cessé de croire à la vertu de l’Esprit pour la guérison du corps; elle enseigne que ce don a disparu, et cela par la volonté de Dieu, tandis que c’est par suite de sa propre incrédulité. Elle a négligé ce que l’Écriture nous dit de cette vérité ou l’a interprété selon son état de déchéance actuelle. La guérison divine est inconnue à la plupart des théologiens et des commentateurs de la Bible, quelque pieux et croyants qu’ils soient d’ailleurs. Cherchons donc à retrouver dans les Écritures ce que Dieu en pense, et ce que nous devons répondre à ceux qui voudraient nous détourner de croire à ses promesses. Commençons par indiquer tout de suite ici quelles sont les paroles de l’Écriture sur lesquelles on se fonde pour voir en Jésus le Guérisseur des malades, et quelle est la voie à suivre pour obtenir du Seigneur la guérison. » Tiré de JÉSUS GUÉRIT LES MALADES ou LA GUÉRISON SELON LA PAROLE DE DIEU, que je vous conseille de télécharger ici: http://www.gedeonchampion.com/My_Homepage_Files/Download/murray-guerison.pdf  Il ne me semble pas que des progrès ont eu lieu depuis ce temps-là. Nous croyons que Dieu guérit parfois dans sa souveraineté, mais nous ne croyons pas que la guérison est une des dimensions du salut. Dans ce domaine, comme dans d’autres, nous rejetons notre faiblesse et la rareté des dons spirituels sur la “souveraineté” divine, sans tenir compte que c’est notre propre incrédulité qui limite l’action de Dieu comme il en a été avec Jésus-Christ à Caphrnaüm.
Je n’ai pas de révélation à ce sujet, mais je crois que le prochain mouvement de l’Esprit inclura la redécouverte du don de guérison, non pas réservé aléatoirement à quelques “ministres” spécialisés, mais comme une expression normale et habituelle du peuple des chrétiens. Est-ce que parmi mes lecteurs, d’autres voudraient m’accompagner dans cette recherche et dans ce combat contre l’incrédulité? Nous pourrions, par exemple, ouvrir un groupe Facebook pour partager nos luttes, nos questions, nos expériences et nos victoires.

 

 

,

  1. #1 by Didier Millotte on 14 septembre 2014 - 16:59

    Bonjour Désiré,
    merci pour ce partage humble de réflexion et de questionnement qui nous sort des prédications aux vérités toutes faites qu’on doit croire absolument qu’elles disent une chose ou son contraire.

    ” Est-ce que parmi mes lecteurs, d’autres voudraient m’accompagner dans cette recherche et dans ce combat contre l’incrédulité? ” = j’aimerais bien cheminer avec toi dans cette recherche, même si l’idée d’un groupe fb ne m’emballe pas à priori pour différentes raisons dont on pourrait discuter par ailleurs.

    Ce que j’aimerais dire qui pourrait aller dans le sens d’une réflexion, ce sont deux remarques :
    D’abord ce que dit A. Murray est vrai mais il faut peut-être le replacer dans le contexte de son époque. Il y a aujourd’hui beaucoup d’églises et de croyants charismatiques qui croient aux miracles, qui proclament la guérison, qui prient pour les malades… mais n’en voient pas plus. Qu’il n’y ait pas de guérisons chez ceux qui n’y croient pas, ça ma parait logique mais qu’il n’y en ait pas – ou peu – chez ceux qui y croient, voilà qui m’interpelle plus.

    Tu dis : ” nous ne croyons pas que la guérison est une des dimensions du salut. ” : c’est peut-être cela qu’il nous manque. Saisir ce qu’est réellement la guérison dans une compréhension spirituelle et juste du salut. Serge Tarassenko en parle bien dans ses conférences, que je conseille sans cesse tellement c’est riche, juste et profond. Peut-être que nous avons pris la guérison pour ce qu’elle n’est pas, peut-être qu’on ne l’inclue pas dans le processus de l’annonce du salut. Et si Dieu ne guérissait pas parce qu’on annonce un faux évangile et un faux salut et que Dieu ne veut pas confirmer cela par des signes et des miracles ? Et si nous avions besoin d’une repentance – pas individuels par rapport à des péchés mais de toute l’église par rapport à un cheminement – pour retrouver le flot de vie qui inclut des guérisons pour annoncer au monde le salut ? Marc 16;20 nous dit que Dieu confirmait Sa parole par des miracles. Et si la clé de compréhension était là ? Au moins un grand repère. Les miracles et guérisons sont-ils là pour confirmer l’annonce de la Parole ? On considère souvent l’absence de guérison par rapport au manque de foi, c’est peut-être une erreur, ou une mauvaise compréhension. Ce n’est peut-être pas dans l’acte de guérison qu’est notre manque de foi mais dans l’oeuvre de la croix qui permet la guérison d’annoncer au monde le salut accompli en Christ. Tout comme toi, ce que je dis là est interrogation et recherche.
    Amitiés.

  2. #2 by Fab on 15 novembre 2014 - 22:47

    Merci Désiré pour ton honnêteté. Ton histoire me touche car ma famille est également touchée par la maladie avec mon deuxième fils, Lévi, qui est atteint d’une trisomie 21 “pour l’instant” 😉

    Sans vouloir m’avancer nous rencontrons sûrement des mêmes luttes dans la guérison divine, peut être pas toutes, mais en tout cas certainement celle concernant la persévérance pour voir notre espérance se concrétiser !

    Dans mon expérience personnelle, je suis assez tenace pour ce qui est de manifester la guérison divine dans mon entourage, donc forcément en multipliant les occasions de prier pour la guérison des malades on finit par en voir ! Et je sais que je ne suis pas le seul dans cette dynamique. Les occasions de voir des guérisons m’encouragent mais me laissent parfois perplexe ou frustré de pas les manifester plus souvent dans ma propre famille !… Bibliquement il n y a aucun doute possible concernant la volonté absolue de Dieu et pleinement révélée en Christ de guérir toutes maladies. Généralement les voix qui s’élèvent devant ce fait, n’ont que très peu ou jamais expérimenté la guérison divine.

    Que tout homme soit fait menteur, et Dieu vrai ! Je ne veux pas que mon expérience imparfaite puisse venir contredire ce que Dieu déclare vrai. Et malheureusement l’expérience des hommes dans ce domaine est souvent venu annuler “les meurtrissures de Jésus Christ” par lesquelles nous avons été guéris.

    Je crois que le plus difficile à gérer lorsqu’on est confronté à la maladie est le temps et la peur. En tout cas personnellement je n’accepte pas la doctrine d’un temps parfait pour la guérison…et quand j’impose les mains je veux rester dans la foi que c’est aujourd’hui le jour du salut, et c’est maintenant le temps de la faveur comme Paul dit. Et je m’attache à prier pour Lévi non à cause de la peur de ne pas le voir guérir, mais “à cause de” l’amour, de celui du Christ qui dépasse toute compréhension !

    J’ai des luttes non pas pour croire que la guérison opéra finalement, mais surtout qu’elle va se manifester aujourd’hui et maintenant ! Et non pas toujours repousser l’espérance en pensant que ça sera mieux demain ;-)) Je m’imagine toujours Jésus devant mon fils, et je sais qu’il ne lui demanderait pas de revenir plus tard pour recevoir sa guérison… Et parce que je possède le même Christ en moi, j’ai le droit de m’attendre à la même assurance !

    Y’a une histoire que j’affectionne beaucoup et m’encourage toujours devant mes échecs, c’est celle de l’enfant épileptique qu’essayent de guérir tous les disciples… (Marc 9) Ils échouent tous ! alors que c’était certainement les plus expérimentés avec tout ce qu’ils ont déjà vu ! Et quand Jésus arrive, heureusement pour nous, il ne dit pas “ce n’est pas le temps pour sa guérison” ou bien ” ce n’est pas la volonté de mon Père”, non il reprend ses disciples de “génération d’incrédule et perverse” et guérit tout de suite l’enfant ! Même si tous les meilleurs ministères n’ont pas manifesté la guérison, ça n’impliquent pas que ce n’était pas le temps, ou que ce n’était pas la volonté de Dieu ! On peut échouer, et regarder en face notre reste d’incrédulité ou de doute mais dans l’échec Christ n’est jamais de la partie.

    Et j’ai le même sentiment que toi, Désiré, sur des temps à venir où l’Eglise ne s’attendra plus à un ministère pour la guérison, mais réalisera que le commandement de Jésus de guérir les malades n’est pas réservé à certains mais à tous ses disciples !

    En tout cas les guérisons dans l’Eglise n’ont pas presque disparues, ça c’est sûr.

    Amitiés
    Fabien

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s

%d bloggers like this: