Posts Tagged Spiritualité

Deux pensées glanées ce matin

Deux pensées m’ont frappé lors du culte de ce matin:
“À chacun de nous la grâce a été donnée selon la mesure du don de Christ.” Éphésiens 4:7. Peut-il exister une plus grande mesure de grâce?

La Loi dit: “Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Je suis l’Eternel.” Lévitique 19:18.”
Et Jésus a dit à ses disciples: “Je vous donne un commandement nouveau: Aimez-vous les uns les autres; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres.” Jean 13:34. Wow! Je crois qu’il n’y a rien à ajouter.

, , , ,

Laisser un commentaire

Recadrage: Comment l’église organique produit des disciples

Recadrage: Comment l’église organique produit des disciples.

, ,

Laisser un commentaire

10 choses que le Saint-Esprit ne fait pas (traduction)

Not what Jesus meant when He said He is sending you a Helper...

Ce que Jésus n’a pas voulu dire au sujet de l’Aide qu’il nous a envoyé…

Nous entendons souvent parler du « cahier des charges » du Saint-Esprit lors de sermons spéciaux sur la puissance. Le Saint-Esprit n’a pas de « cahier des charges » dans ses relations avec vous. Ce n’est pas un ouvrier qui fait ses 40 heures par semaine pour la divinité, et des heures supplémentaires le dimanche. Il est l’Esprit du Père et également celui du Christ. Il n’accomplit pas son boulot en vous et au travers de vous, mais il est simplement lui-même et il se révèle à vous et à ceux qui vous entourent.

Cela dit, voici une liste de 10 choses qu’il ne fait certainement pas. Si vous en avez d’autres, ajoutez-les aux commentaires ci-dessous.

1. Vous convaincre de votre péché.

Jean 16:8-9 dit qu’il convainc le monde de péché et que ce péché est spécifiquement l’incrédulité. Comme vous croyez en Jésus, vous n’avez pas besoin d’être convaincu d’incroyance. Vous n’êtes pas non plus du monde (Jean 15:19), mais vous êtes nés de Dieu et par conséquent vainqueurs du monde (1 Jean 5:4).

2. Tenir un registre de vos fautes.

Dieu a juré par lui-même de ne jamais plus se souvenir de vos péchés. Cela signifie qu’Il ne les enregistre pas pour sur un DVD Blue Ray pour les regarder avec votre grand-mère quand vous aurez passé les portes du paradis.

3. Prendre des décisions à votre place.

Vous pouvez certainement lui demander son avis, et je suis 100 % sûr que cet avis sera bon. Avec qui me marierais-je ? Quel travail devrais-je faire ? Où devrais-je habiter ? Il se soucie vraiment de ces choses, mais il ne va pas faire les choix pour vous. Vos décisions sont vos décisions. Demandez-lui et faites-lui confiance.

4. Venir et repartir.

Il est toujours avec vous (Mat 28:20). Dieu a également dit que jamais il ne nous laisserait ni ne nous oublierait (Héb 13:5). Vous êtes entré en relation avec une personne. Vous avez tous reçu de sa plénitude (Jean 1:16), et il habite pleinement en vous (Rom 8:11), parce qu’en Christ habite la plénitude de la divinité (Col 2:9).

5. Augmenter votre onction.

Vous avez reçu la parfaite onction de Christ (1 Jean 2:27). Qu’est-ce que vous aimeriez voir augmenté ? Est-ce que l’onction de Christ serait déficiente ?

6. Jeter votre main sur une personne malade.

Prier pour les malades est notre privilège. C’est ainsi que Dieu aime. Le Saint-Esprit désire aimer toutes les personnes avec lesquelles vous entrez en contact, mais c’est vous qui contrôlez qui vous aimez et à quel degré. Il peut vous parler du besoin d’une personne (1 Cor 12:8-10), mais le choix d’aimer et de partager est toujours à vous.

7. Vous dire comment payer votre dîme.

Le Saint-Esprit ne s’intéresse pas à votre dîme, en fait, il s’intéresse à vous délivrer de la Loi. Vous devez décider dans votre propre cœur combien vous voulez donner sans que ce soit à contrecœur (2 Cor 9:7). Si vous le lui demandez, ne soyez pas étonnés si vous entendez toujours : « Tout. » (Actes 2:45)

8. Écrire les 10 Commandements dans votre cœur.

Son ministère est celui de la vie et non de la mort (2 Cor 3:6-9). S’il écrivait les 10 Commandements dans votre cœur, il pourrait tout aussi bien signer votre certificat de décès.

9. Vous révéler le fruit que vous ne portez pas.

C’est lui qui fait fructifier. C’est son fruit et non pas le vôtre (Gal 5:22-23). Il peut le faire croître bien mieux que vous, et il désire le faire croître au travers de vous et en vous pendant que vous vous reposez sur l’œuvre parfaitement accomplie du Christ.

10.  Vous enseigner au travers de la souffrance et de la maladie.

Il nous enseigne à refuser l’impiété (Tite 2:11-12) et il nous corrige par sa parole (2 Tim 3:16) et par son onction (1 Jean 2:27). Il ne nous enseigne pas par la maladie. Si vous pensez vraiment qu’il vous enseigne par la maladie, est-ce qu’aller chez le médecin ne fait pas manquer les cours ?

Prochainement, je vais vous donner un aperçu de ce qu’il a réellement envie de faire.

 

Grâce et Paix !

Cornel

 

,

2 commentaires

Πνευματικων (≈ manifestations spirituelles)

Un membre d’un groupe FB auquel je participe s’interroge sur les dons de l’Esprit. Voulant faire d’une pierre deux coups, tout en assurant une meilleure lisibilité que sur FB, je partage ici mon point de vue à ce sujet.

Mon titre : Πνευματικων est le mot grec habituellement (mal-)traduit dans 1 Cor 12:1 par dons spirituels, alors que le mot « don » (χαρισμα) est absent. Donc littéralement, Paul y parle simplement des « spirituels » (des choses en relation avec l’esprit ou les esprits). « Pour ce qui concerne les … spirituels, je ne veux pas, frères, que vous soyez dans l’ignorance. » 1 Corinthiens 12:1.

Pratiquant moi-même plusieurs dons, je me suis aussi interrogé sur leur usage et surtout sur leur mésusage. Comment, par exemple, comprendre que plusieurs personnes qui ne se connaissent pas puissent, à des dates différentes, donner des paroles très similaires à quelqu’un, paroles qui souvent ont plus égaré qu’édifié. J’y ai assisté plusieurs fois.

1 Corinthiens 14:32 « Les esprits des prophètes sont soumis aux prophètes ; » m’a indiqué une piste, alors qu’auparavant cette formulation m’interrogeait. Si les esprits des prophètes sont différents du Saint-Esprit, alors tout peut s’éclairer et ma propre pratique aussi.
Je crois que la prophétie et les autres dons peuvent exister et existent chez les non-chrétiens, ce qu’indique le besoin de discerner la source des manifestations spirituelles. Je crois que la capacité d’exercer ces dons est simplement partie de la dimension spirituelle de chaque humain. La différence est que l’esprit de l’homme qui ne connaît pas Dieu est qui n’est pas vivifié par son Saint-Esprit, est comme mort pour Dieu, sans capacité de relation d’esprit à Esprit avec Dieu.
À la conversion, nous recevons un esprit nouveau ou un esprit renouvelé, c’est à dire capable d’être à nouveau en relation spirituelle avec Dieu et capable également d’être habité par l’Esprit Saint. Même sans esprit renouvelé, il est possible de recevoir des révélations spirituelles de Dieu, comme le montrent les prophéties de Balaam et celle du grand-prêtre Caïphe : « Or, il ne dit pas cela de lui-même ; mais étant souverain sacrificateur cette année-là, il prophétisa que Jésus devait mourir pour la nation. » Jean 11:51.

Il est également frappant de constater que le même mot hébreu (naba) est utilisé pour Saül sous l’influence d’un mauvais esprit et pour les prophètes : « Le lendemain, le mauvais esprit de Dieu saisit Saül, qui eut des transports (ou, qui se mit à prophétiser) au milieu de la maison. » 1Sa 18:10.

Qu’est ce que je déduis de cela, de mon expérience dans le domaine, de ce que j’ai vu, entendu et lu à ce sujet ?

Je crois qu’en chaque homme il y a des capacités spirituelles, plus ou moins dormantes et qui peuvent être activées de diverses manières volontaires ou non. Le meilleur activateur étant le Saint-Esprit. Je ne crois pas qu’il y ait une différence fondamentale entre un guérisseur non-chrétien et un chrétien manifestant un don de guérison. En même temps, il y a une différence essentielle, le premier guérit, au mieux, par la capacité de son esprit corrompu, et au pire en faisant de son esprit corrompu le vecteur d’un mauvais esprit ; alors que le deuxième guérit par son esprit renouvelé et purifié qui est habité par l’Esprit-Saint. Ceci explique la différence de fruits entre une guérison souillée et une guérison pure. Il en est de même pour les autres dons.
Petite expérience personnelle, car il m’est arrivé de manifester le don de foi avant de devenir chrétien : Un ami avait eu une fracture du crâne suite un très grave accident de moto et nous étions une quinzaine réunis à attendre des nouvelles de l’hôpital et beaucoup pleuraient, car sa mort paraissait certaine. Et là, j’ai eu la conviction qu’il s’en sortirait et je l’ai dit. On m’a traité de salaud pour dire une telle chose alors que son amie était là. Mais j’en étais pleinement convaincu et effectivement il a pu plus tard sortir de l’hôpital, assez cassé, mais debout.

Je crois également que c’est mon propre esprit qui manifeste ces choses, car elles dépendent souvent de ma volonté. Si je parle en langue, c’est ma décision, si je cherche une parole prophétique pour une personne c’est ma décision et ma sensibilité spirituelle me permet généralement de savoir quelque chose au sujet de la personne. C’est ainsi que j’explique ces prophéties à répétition sur des personnes. L’esprit de celui qui prophétise la seconde ou la troisième fois sait qu’une telle parole a été dite, mais cela n’implique en rien qu’une telle parole vient de Dieu. Parfois, il m’arrive en partageant ce que je ressens dans l’esprit à quelqu’un que je me sente envahi par l’Esprit de Dieu, et là je sais que ce que je partage vient de plus loin que moi et que cela a une beaucoup plus grande autorité. C’est pour cela que normalement quand je prophétise, je me restreins à bénir en encourageant, édifiant, consolant, et que je l’exprime comme mon ressenti et non comme un « ainsi parle l’Éternel » avec un trémolo dans la voix.

Je pense également que la différence entre les πνευματικων en général et les charismes est que ces derniers sont des dons de Dieu non seulement à la personne qui les manifeste, mais à toute l’Église.

Ceci est un travail en devenir et je serais attentif à toutes vos questions pour affiner et corriger cette réflexion.

Soyez tous bénis !

Votre frère Désiré.

, , ,

3 commentaires

Témoignage d’Eberhard Arnold, membre fondateur des communautés Bruderhof

En attendant de réécrire quelques nouveaux textes, je vous encourage chaleureusement à lire le dernier de mon ami Tommy Ab sur son blog http://tommyab.wordpress.com/2012/01/18/temoignage-deberhard-arnold/#comment-1235

C’est un véritable encouragement pour un engagement chrétien qui ne se confine pas au spirituel désincarné.

Dans son texte, j’ai aussi découvert un lien sur le site francophone des éditions du Bruderhof avec de nombreux livres à télécharger.

Le Bruderhof est formé de plusieurs communautés de vies dans le monde qui cherchent à pratiquer le Sermon sur la Montagne.

Bonne découverte !

 

, , , ,

Laisser un commentaire

Cérémonies cérémonielles…

Hier, j’ai assisté à une cérémonie de mariage et j’en suis ressorti plutôt démoralisé. Je me suis senti tellement étranger à ce qui se passait. Tellement loin d’une certaine conception du christianisme.

C’était organisé par une de ces églises « modernes » visant les jeunes à grand renfort de techniques. Comme cela s’est passé dans le cadre d’un temple réformé, l’attirail technique était réduit. En dehors de la forme, j’ai trouvé le fond terriblement traditionnel.

Les chants pour les 3/4 en anglais remplaçaient le latin d’églises plus anciennes. Heureusement, car la barrière partielle de la langue masque l’indigence, quand ce n’est pas l’inconsistance théologique des paroles.

Pendant la louange, je me suis demandé, si Dieu était plus à l’aise que moi dans ce bruit. En tout cas, j’ai pensé à Amos 5:23 : « Éloigne de moi le bruit de tes cantiques ; je n’écoute pas le son de tes guitares. » C’est tellement creux, centré sur soi et sur l’excitation de la musique. Là encore, je me suis dit qu’il n’y avait rien de nouveau dans le fond ; la musique est là pour provoquer une émotion religieuse, que ce soit par l’orgue, par de grandes chorales ou par un orchestre rock.

Voir tellement de gens rassemblés pour un truc religieux, sans beaucoup de dimensions de foi, m’attriste. Je suis bien sûr heureux pour les mariés et je leur souhaite plein de bonheur dans leur vie, et j’espère qu’ils garderont un bon souvenir de ces instants ! Mais il me semble qu’il y a tellement de gâchis dans la religion évangélique actuelle et que nous sommes tellement à côté de la dimension révolutionnaire de l’Évangile.

En même temps, c’est dur d’être hors de ce circuit tellement sécurisant et je manque de contacts fraternels authentiques, de lieux où vivre et construire le Royaume.

,

3 commentaires

Dimensions du salut

« Que la grâce et la paix vous soient multipliées par la connaissance de Dieu et de Jésus notre Seigneur ! Comme sa divine puissance nous a donné tout ce qui contribue à la vie et à la piété, au moyen de la connaissance de celui qui nous a appelés par sa propre gloire et par sa vertu, lesquelles nous assurent de sa part les plus grandes et les plus précieuses promesses, afin que par elles vous deveniez participants de la nature divine, en fuyant la corruption qui existe dans le monde par la convoitise, » 2 Pierre 1:2-4, LSg.

Trop souvent, on restreint le salut à une assurance sur la vie après la mort, alors que Pierre a écrit que « sa divine puissance nous a donné tout ce qui contribue à la vie et à la piété », ce qui va bien au-delà et qui parle déjà de notre vie sur cette terre.

Paul a dit : « Or, à celui qui peut faire, par la puissance qui agit en nous, infiniment au-delà de tout ce que nous demandons ou pensons, à lui soit la gloire dans l’Église et en Jésus-Christ, dans toutes les générations, aux siècles des siècles ! Amen ! » Éphésiens 3:20, 21, LSg.

Il y a donc bien plus pour notre vie que ce que l’on entend généralement. Pour explorer la richesse du salut que Jésus-Christ nous a acquis, une vie terrestre ne suffit pas.

J’aimerais aujourd’hui partager une dimension du salut qui me semble trop souvent méconnue ou mal comprise par beaucoup et qui a été et reste essentielle dans ma relation à Jésus-Christ et dans ma marche spirituelle.

Une vérité spirituelle fondamentale que Dieu a implantée dans ma vie est que, non seulement Jésus-Christ est mort pour nos péchés, mais que nous sommes morts avec Lui. « Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, c’est en sa mort que nous avons été baptisés ? Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. » Romains 6:3, 4, LSg. Cette vérité doit s’implanter en nous afin que nous ne vivions plus par nos faiblesses et nos manques, mais par Sa toute-puissance, par la puissance de Son Esprit-Saint. Pour cela le baptême est essentiel.
Je me souviens qu’à plusieurs reprises, comme jeune chrétien, je me sentais confronté à différents problèmes dans ma marche avec Dieu. N’arrivant pas à les surmonter, je prenais du temps pour prier à leur sujet. Chaque fois, la réponse était la même : quand la bonde du baptistère avait été enlevée, ce problème spécifique était parti dans l’écoulement. Il est bon de méditer et de croire ce que les Écritures déclarent à ce sujet pour que cela devienne réalité dans nos vies.

Mais non seulement il y a mort avec Jésus-Christ, mais il y a résurrection avec Lui. Si le baptême d’eau est mort et ensevelissement avec Lui, le baptême d’Esprit est résurrection avec Lui. En vivant et marchant par l’Esprit nous vivons et marchons dans la même puissance qui a ressuscité Jésus-Christ. Cette puissance ne nous est pas donnée pour que nous en jouissions égoïstement, mais pour que la vie de Jésus-Christ s’écoule au travers de nous pour toucher les autres. Par son Esprit, nous sommes la prolongation de son œuvre sur terre.

,

Laisser un commentaire